Attention, scoop ! Nous n'existons pas.

Mais alors, pas du tout, du tout !

Comme je vous l'expliquais dans mon article-bilan, j'ai fait des recherches sur cette tranche de la population à laquelle j'appartiens (j'ai 47 ans.). Et bien accrochez-vous bien : la femme de presque 50 ans et un peu plus, n'existe pas.

Si vous tapez "Femme de presque 50 ans" dans Google, vous verrez apparaître dans les premiers résultats : ménopause, problèmes de peau ou de poids, sécheresse vaginale, bouleversements et autres joyeusetés. Mais rien de léger, rien sur le bonheur de d'être libéré des obligations de la vie, sur l'épanouissement, sur les femmes rayonnantes que nous sommes.

Nulle trace, nulle part. Et pourtant ...

Mais où est-elle donc ?

Sa fille a une chaîne Youtube. Sa collègue de boulot, enceinte, poste des photos de son ventre sur Insta toute la journée. Sa petite sœur à un blog, qui nous montre sa vie bien organisée de maman d'enfants en bas-âge. Sa mère poste des vidéos de son dernier treck au Népal sur Facebook, pour tout dire, on ne l'arrête plus depuis qu'elle est à la retraite.

Mais la femme "entre-deux" : piouf, rien ! Que dalle !

C'est un fantôme. Une ombre tout au plus. Une catégorie au pire : la quinquado, mais nous y reviendrons.

Et pourtant, elle est bien là cette femme de presque 50 ans

Sauf qu'elle n'intéresse personne.

Elle est femme, mais devient invisible aux yeux des hommes (n'est-ce pas Yann Moix). Son couple est constitué depuis si longtemps qu'il ronronne comme une vieille bécane. L'ordre est établi. Si ce n'est pas elle, c'est son mec qui s'ennuie et qui se barre. Son corps doit se modifier, les magazines l'ont promis. Ça la terrorise, mais en même temps elle s'en fout.

Elle est mère d'ados et est confrontée aux problèmes qui vont avec. Elle les voit s'envoler, quitter le nid, mais ça ne fait pas la une des journaux.

Elle a un boulot, mais voilà, sa carrière est derrière elle. Et là aussi ça ronronne. Ou alors, faut qu'elle se remette en question, se reconvertisse.  

La presse dite féminine ne la représente pas : Biba, Cosmo, c'est pas pour elle. Notre temps, non plus. Entre deux ? Happynez, Flow, qui l’incite à "trouver le bonheur" à grand coup de méditation. Marie-Claire qui la culpabilise. Mais rien de léger, de drôle. 

La Télé ? Non... Vraiment... Ne me lancez pas sur le sujet !

Bref, l'image que renvoi la société est un peu terne, non ? Manquerai plus qu'elle soit obligée de s'habiller chez Dammart.

Sauf que...

Sauf que, nous, les femmes de presque 50 ans et un peu plus, ne sommes pas d'accord.

Quand je me suis rendu compte que personne ne s'intéressait à nous, j'ai réfléchi et j'ai posé la question à mes copines. Toutes, TOUTES, m'ont dit : tu as raison, nous ne sommes pas prises en considération. Personne ne parle de nous comme nous sommes vraiment. De nos non-problèmes, de notre bonheur d'être des femmes acceptant le temps qui passe, souvent bien mieux dans notre peau qu'à 20 ans. De nos envies de vivre à fond notre milieu de vie. Belle, séduisante, active, passionnée, concernée, curieuse, à fond quoi ! Parait que ces souhaits sont caractéristiques de notre génération : nous sommes des quiquado. 

Heureusement, nous ne sommes pas complètement isolées. Des actrices, des journalistes, des écrivaines, montrent l'exemple, affichent leur presque cinquantaine et un peu plus, avec fierté. Quelques blogueuses aussi, faut pas déconner, comme Happy Q ou Jeune vieillis pas et quelques autres. D'ailleurs, si vous avez des adresses, je prends.

Bon, c'est bien beau ce discours, mais tout cela pour dire quoi ?

Pour dire que j'avais envie de me faire l'écho, ici, de vrais sujets de sociétés qui nous concerne NOUS les presque cinquantenaires et un peu plus. Des trucs graves comme d'autres plus légers. Ouvrir le débat tous ensemble. Vos idées, les miennes, celles des hommes qui nous entourent.

Des articles, mon grain de sel, sur nos vies, nos boulots, nos attentes, nos envies, nos ados, sur nos mecs, nos fesses, nos passions, nos préoccupations.

Traiter ici ce qui nous représente vraiment pour mieux comprendre ce monde qui tourne aussi (grâce ?) à nous, les femmes de presque 50 ans et un peu plus.

Vous me suivez dans cette folle aventure ? Vous avez des idées de sujets ? Je suis toute ouïe !

 femme-presque-50-ans